Projet temps-navire 2021

Santé de la zone de transition du Saint-Laurent : le zooplancton au centre du transfert trophique entre les ressources et les consommateurs

 

Des préoccupations prioritaires du gouvernement québécois est la santé de l’estuaire du Saint-Laurent, laquelle passe par une gestion durable alliant maintien d’une économie prospère et protection de cet écosystème estuarien au profit des générations actuelles et futures. Les objectifs de notre projet s’insèrent dans ces priorités. Nous nous intéressons aux principaux mécanismes qui contrôlent la résilience écologique des espèces, leurs habitats essentiels et le soutien de la production secondaire et tertiaire. Nous allons étudier la qualité de l’eau et des habitats, la productivité du zooplancton et le transfert trophique des maillons inférieurs aux maillons supérieurs du réseau pélagique dans la

zone d’alevinage principale de plusieurs espèces de poissons, comme l’éperlanarc-en-ciel, le poulamon et le bar rayé. Cette démarche est cruciale pour augmenter nos connaissances et notre compréhension du fonctionnement de l’écosystème, de la capacité de support de la zone de transition pour la dynamique et la productivité du zooplancton et des liens directs d’alimentation sur le recrutement des jeunes stades de vie de poissons. Dans le même temps, ce projet va permettre un maillage entre les sciences et l’art. L’échantillonnage à bord du Louis-Edmond-Hamelin va permettre de découvrir l’hétérogénéité spatiale et la variabilité naturelle de l’écosystème estuarien du Saint-Laurent sur un gradient de salinité de 0 à 25 PSU entre la ville de Québec et l’Anse

Sainte-Anne. L’expérience sur le terrain, le savoir-faire et les connaissances scientifiques seront intégrés, partagés et transmis par des récits artistiques.


Demandeur :
Gesche Winkler
Codemandeurs :
Pascal Sirois (UQAC), Christian Nozais (UQAR), Jean-Eric Tremblay (U Laval), Geneviève Dupéré (CRITAC)
Partenaires :

MFFP – Marc Mingelbier