Projets temps-navire financés

La couleur de l’eau : caractériser la mosaïque biogéochimique du Saint-Laurent pour les générations futures

Dernière mise à jour : Juin 2019

La population québécoise s’identifie en grande partie au Saint-Laurent, qui lui procure ressources en eau pour ses besoins alimentaires, récréatifs, culturels et en transport, mais ses activités sur terre menacent l’intégrité écologique du fleuve. Si des suivis ciblés ont permis de mieux comprendre l’effet des activités humaines dans certaines zones critiques (ex. : l’effluent de la ville de Montréal, zones agricoles), l’importance de ces rejets à l’échelle du paysage et de leur persistance et dynamique dans l’environnement demeure cependant peu étudiée. Ce projet vise à mieux comprendre les sources et les puits de pollution dans le fleuve Saint-Laurent pour l’élaboration de stratégies éducatives et en gouvernance de l’eau permettant de préserver sa santé pour les générations à venir.

Ce projet comporte trois principaux objectifs : développer et calibrer des traceurs d’activités anthropiques de dernière génération ; identifier les points d’entrée et la composition des rejets anthropiques en aval des grandes villes et tributaires du Saint-Laurent ; et déterminer l’étendue et la persistance des contaminants dans le fleuve.

En combinant un échantillonnage détaillé des sources de pollution avec un suivi dans le temps, ce projet générera de nouvelles connaissances sur la dynamique des polluants et servira à prioriser les mesures coercitives et éducatives réduisant l’impact des activités anthropiques sur la qualité de l’eau et les organismes du fleuve Saint-Laurent.


Chercheurs​ :
François Guillemette (UQTR, chef de mission), Gilbert Cabana (UQTR, co-chef de mission), Jean-François Lapierre (Université de Montréal), Roxanne Maranger (Université de Montréal), Jérôme Comte (INRS – Eau Terre Environnement), Sébastien Sauvé (Université de Montréal), Marc Amyot (Université de Montréal), Kathleen Vaughan (Université Concordia), Michael Twiss (Clarkson University), Tom Edge (Environnement et Changement climatique Canada), Milla Rautio (UQAC), Andrea Bertolo (UQTR).
Collaborateurs et partenaires :
Environnement et Changement climatique Canada, Clarkson University (New York, États-Unis).