Projets Odyssée 2018-2020

Manger notre Saint-Laurent

Dernière mise à jour : Juin 2019

Notre Saint-Laurent héberge une diversité unique d’espèces marines, animales et végétales, dont la disponibilité et l’accès varient selon les saisons et les régions. Or, de nos jours, plusieurs espèces méconnues ou mal aimées, comme le sébaste, le maquereau, le phoque, l’oursin et les plantes du littoral, sont abondantes, de qualité nutritionnelle exceptionnelle et gagneraient à revenir au cœur de notre alimentation.

Le projet Manger notre Saint-Laurent a pour objectifs de mettre en valeur les ressources alimentaires comestibles (animales et végétales) de l’ensemble du Saint-Laurent (fleuve, estuaire, golfe), de promouvoir le plaisir de manger ces aliments locaux et de promouvoir la souveraineté alimentaire. Il vise à faire de la science et de l’art culinaire au service des communautés, en utilisant des approches interdisciplinaires et intersectorielles.

La première phase du projet en 2018-2020 est coconstruite avec des partenaires et des acteurs-clés de plusieurs secteurs de quatre communautés de la région du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, afin de documenter les enjeux prioritaires qui permettront de mieux valoriser les ressources alimentaires du Saint-Laurent. Cette démarche vise aussi à coproduire deux outils de mobilisation des connaissances pour faciliter un accès sécuritaire aux ressources (conditions de navigation et de glace), ainsi que pour promouvoir des choix alimentaires éclairés et durables.

Ce projet mettra la table pour un second volet qui visera à développer des interventions pour optimiser l’utilisation des aliments du Saint-Laurent au fil des saisons et faire en sorte que les futures générations puissent Manger notre Saint-Laurent.


Chercheurs :
Mélanie Lemire (Université Laval), Steve Plante (UQAR), Dany Dumont (UQAR-ISMER), Michel Lucas (Université Laval), Marquis Marie (Université de Montréal), Pierre Ayotte (Université Laval), Holly Witteman (Université Laval).
Collaborateurs et partenaires :
Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes (CERMIM), Centre d’initiation à la recherche et d’aide au développement durable (CIRADD), l’Association de gestion halieutique autochtone Mi’gmaq et Malécite (AGHAMM), Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie, Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, Observatoire global du Saint-Laurent, Colombe Saint-Pierre (chef et restauratrice), Pierre-Olivier Ferry (chef des Jardins de Métis), Yannick Ouellet (chef et restaurateur), MRC de Kamouraska, Nicolas Paquet (cinéaste).