Projets Odyssée 2018-2020

Flétan Atlantique : migration énergétique et reproduction (FLAMENCO)

Dernière mise à jour : Juin 2019

Le flétan atlantique est l’espèce de poissons de fond la plus lucrative par unité de poids pour le secteur des pêches du Québec et de Saint-Pierre et Miquelon. Une problématique commune aux deux stocks qui sont pêchés dans le golfe du Saint-Laurent et à Saint-Pierre et Miquelon est la quasi-absence de données relatives aux zones de ponte et à la biologie des jeunes stades de vie, ce qui limite grandement notre compréhension des facteurs qui régulent la dynamique des populations.

Le projet FLAMENCO vise à accroître la compréhension du cycle de vie du flétan atlantique pour favoriser la gestion durable de cette ressource. Le projet comprend quatre objectifs spécifiques : échantillonner des larves de flétan dans une aire de ponte nouvellement identifiée dans le golfe du Saint-Laurent ; réaliser une campagne de marquage satellitaire sur le banc de Saint-Pierre afin d’identifier les zones de ponte de la ressource exploitée à Saint-Pierre et Miquelon ; échantillonner des contenus stomacaux pour améliorer notre connaissance du régime alimentaire de l’espèce ; et effectuer une analyse économique des activités de pêche au flétan à Saint-Pierre et Miquelon.

Les travaux auront d’importantes retombées en vue d’assurer une gestion durable des pêcheries de flétan atlantique dans l’Atlantique Nord-Ouest. Pour le Québec, de nouvelles connaissances sur l’écologie hivernale de cette ressource lucrative, incluant les premières données du régime alimentaire en période de reproduction, et de nouvelles connaissances sur la dynamique du stade larvaire et des proies zooplanctoniques potentielles, aideront à améliorer l’évaluation du stock du golfe du Saint-Laurent. De plus, les données biologiques et économiques générées à Saint-Pierre et Miquelon faciliteront la négociation de l’inclusion du flétan dans l’accord Canada-France sur les pêches pour optimiser la valeur de la ressource.


Chercheurs :
Dominique Robert (UQAR-ISMER), Céline Audet (UQAR-ISMER), Pascal Sirois (UQAC), James Wilson (UQAR), Marie-Julie Roux (Institut Maurice-Lamontagne, Pêches et Océans Canada).
Collaborateurs et partenaires :
Ifremer, Université de Bretagne Occidentale, Institut national de la recherche agronomique, Université de Lorraine, Collectivité territoriale de Saint-Pierre et Miquelon, Préfecture de Saint-Pierre et Miquelon, Observatoire global du Saint-Laurent.