Emblème du logo RQM

Mission hivernale

UNE TROISIÈME MISSION HIVERNALE ODYSSÉE SAINT-LAURENT COURONNÉE DE SUCCÈS

La troisième mission hivernale à bord du brise-glace de la Garde côtière canadienne le NGCC Amundsen, en partenariat avec Amundsen Science, a été une vraie réussite. Pendant 15 jours, une trentaine de scientifiques ont collecté des données dans l’estuaire et le golfe du fleuve Saint-Laurent.

En tout, 32 stations d’échantillonnage, ce qui constitue un record pour une mission Odyssée Saint-Laurent, ont été réalisées. Ces dernières ont permis de prélever de l’eau à différentes profondeurs, du plancton, des plaques de glace chargées de sédiments et du matériel particulaire en suspension.

Les échantillons recueillis permettront de :

1) mieux documenter la variabilité des propriétés physico-chimiques de la colonne d’eau en hiver;

2) faire un suivi des contaminants comme les pesticides, les produits pharmaceutiques, les hormones, les édulcorant et les substances perfluorées de même que les bactéries et virus présents pendant l’hiver;

3) comprendre le cycle de vie du zooplancton et le cycle de reproduction du flétan dans le golfe;

4) étudier le rôle fonctionnel de la faune benthique en conditions hivernales;

5) mieux comprendre le rôle de la banquise dans la dynamique sédimentaire et l’érosion côtière dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

De plus, différentes images de la vie sous-marine en hiver entre Saint-Siméon et Matane ont été obtenues à l’aide d’une caméra vidéo sous-marine appâtée. Ces images vont permettre de documenter les assemblages et l’écologie des poissons dans l’estuaire en période hivernale.

La mission Odyssée Saint-Laurent a aussi permis d’enregistrer 80 heures du matériel audio et prendre 1900 photos pour compléter l’écriture et la mise en scène d’un projet acrobatique et théâtral sur les divers enjeux de la navigation sur le Saint-Laurent. Il faudra encore beaucoup de travail et de temps avant de pouvoir divulguer toutes les retombées et les résultats reliés aux données recueillies. Cependant, nous tenons à vous faire part de trois des plus belles découvertes scientifiques préliminaires avant que les analyses de laboratoire n’en dévoilent plus.

En quête du flétan de l’Atlantique et du Groenland

Le déploiement de différents filets obliques dans le golfe du Saint-Laurent a permis de recueillir, pour la première fois depuis 2018, dix larves de flétan. La présence de larves en début mars pourrait indiquer que la reproduction des adultes matures pourrait se produire possiblement à la fin de l’hiver. Ces larves de flétan vont permettre de mieux comprendre les zones potentielles de pontes dans le golfe et leur cycle de reproduction.

PLAQUES DE GLACE CHARGÉES DE SÉDIMENTS

Malgré une banquise moins développée qu’en 2018 et 2019, différentes plaques de glace chargées de sédiments dans l’estuaire maritime et le sud-ouest du golfe (plateau madelinien) ont été recueillies. Nous avons constaté que la banquise qui se trouve dans le chenal d’Anticosti transporte une faible quantité de sédiments par rapport à celles qui se trouvent dans l’estuaire et le plateau madelinien. Ceci suggère que cette région a très peu d’influence sur la dynamique sédimentaire hivernale dans le golfe.

Vagues sous-marines dans le fjord du saguenay

Les 22 profils de température et salinité effectuées sur la face sud du deuxième seuil du Fjord du Saguenay ont permis de valider que des vagues sous-marines (aussi appelées ondes internes) sont aussi formées en saison hivernale dans le Fjord. Ces vagues sous-marines jouent probablement un rôle fondamental dans le fonctionnement de l’écosystème estuarien du Fjord.

UNE MISSION SCIENTIFIQUE À CARACTÈRE HUMAIN

En plus d’avoir réalisé de belles découvertes scientifiques, nous sommes fiers d’affirmer que la troisième mission hivernale a aussi offert de belles retombées humaines pour les participants. La collaboration, le maillage et la formation étaient incontournables à bord du NGCC Amundsen. Voici d’ailleurs trois exemples de moments forts à saveur collaboratrice :

1) La mission a permis de faire la formation sur les opérations d’échantillonnage en conditions hivernales de 19 étudiants gradués provenant de différentes universités du Québec et l’Ontario, notamment de l’UQAR-ISMER (13), Université Laval (2), UQAM (1), McGill (1), Université de Montréal (1), et Trent University (1). Les données recueillies vont permettre de compléter leurs projets de maitrise et de doctorat.

2) L’équipage de la Garde côtière canadienne à bord de l’Amundsen a pu se familiariser avec les activités d’échantillonnage et les analyses de laboratoires effectuées pendant la mission Odyssée Saint-Laurent.

3) La visite effectuée dans le port de Sept-Îles a permis d’effectuer une activité de maillage avec le maire, le directeur général du port, ainsi que le comité de direction de l’Institut de recherche en environnement et en santé du travail. Cette activité a donné une plus grande visibilité médiatique à la mission et à la Garde côtière canadienne.

Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons plus de détails et de nouvelles à propos des retombées de notre mission hivernale. Pour ne pas les manquer, suivez-nous sur Facebook, Twitter et notre site internet.

 

Crédits photo : Marie-Pier St-Onge