Résumé des projets » Atelier collaboratif
5 novembre 2019

Les impacts du trafic maritime dans le Saint-Laurent sur les écosystèmes marins et sur la géographie côtière

Dès l’année 2000, l’industrie maritime a fortement adhéré à la mise en oeuvre d’une mesure de réduction de la vitesse des navires commerciaux entre Sorel et Montréal, suivant un constat d’érosion des berges sur plusieurs tronçons sensibles de ce secteur, causé par la ouache (la vague générée par le passage d’un navire). Y a-t-il eu depuis un suivi par rapport à l’implantation de cette mesure ? Peut-on observer un recul des berges, attribuable au passage des navires, sachant que d’autres facteurs peuvent déstabiliser les rives et influencer leur érosion ? 

Ce projet de recherche veut faire la lumière sur l’impact du trafic maritime en général, en considérant plusieurs paramètres : les effets sur les poissons, les frayères et les invertébrés, les effets sur la qualité de l’eau et sur les substrats (rives et milieux aquatiques), l’effet du contrôle de l’érosion sur les processus d’érosion et la sédimentation en aval, les effets liés à la pollution sonore et à l’amélioration de l’aérodynamisme des navires, les effets sur les vestiges patrimoniaux, les effets des dérangements physiques dûs au passage des bateaux, ainsi que l’évaluation des risque d’incidents maritimes (collisions et déversements). Le projet inclut l’impact du trafic des plaisanciers dans le Saint-Laurent, sur tout le continuum, puisque qu’il y a peu de connaissances à ce sujet à l’heure actuelle : effets des équipements sur la qualité de l’eau, de l’utilisation d’huile et de la gestion des eaux de ballast. Déterminer les effets négatifs et connaître les impacts du trafic maritime permettra ensuite d’identifier ce qui peut les atténuer ou les réduire, sachant qu’on ne peut empêcher le trafic maritime sur le Saint-Laurent.

Plusieurs partenaires identifiés pourraient être mis à contribution pour la réalisation de ce projet : Transports Canada, Pêches et Océans Canada, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, le ministère des Transports du Québec, le ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, le ministère de la Culture et des Communications, le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins, la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central, le Centre d’expertise en gestion des risques d’incidents maritimes, les comités ZIP, les Municipalités régionales de comté touchées, les marinas.

Télécharger le canevas du projet


Participants intéressés à poursuivre le développement du projet :
(à déterminer)*
Ariane Marchand – Comité ZIP Jacques-Cartier
Marie-Hélène Bénard-Déraspe – Centre d’expertise en gestion des risques d’incidents maritimes
*Individu s’étant porté volontaire pour coordonner le projet.