Résumé des projets » Atelier collaboratif
5 novembre 2019

La maritimité de la Basse-Côte-Nord : un enjeu de développement durable

Alors que le gouvernement fédéral se départit peu à peu des immobilisations maritimes (ports de pêche, quais, phares) en Basse-Côte-Nord – qui étaient jusqu’alors sous sa responsabilité – comment leur abandon peut-il affecter la maritimité des communautés côtières du territoire, ainsi amputées de leur accès à la mer?

Dans le but de favoriser un développement durable des communautés côtières de la Basse-Côte-Nord, ce projet de recherche propose d’améliorer, de développer et d’approfondir les connaissances en patrimoine maritime de ces communautés. L’hypothèse étant que le milieu se dotera de projets structurants pour son développement, en lien avec son identité, à partir d’une meilleure connaissance de son histoire maritime (grâce aux vestiges archéologiques, aux histoires de naufrages, aux enjeux de sécurité encore présents, etc.), de l’identification de ses véritables besoins (quels sont les enjeux économiques et environnementaux?), ainsi que du lien entre les ressources culturelles et les ressources naturelles du territoire qui forge son identité.

Le projet se décortique en trois phases : 

  • Faire un inventaire des connaissances (ressources naturelles, ressources culturelles, expertises dont le milieu a besoin). Par exemple, quel est le sentiment d’appartenance culturel et identitaire des résidents de la Basse-Côte-Nord par rapport à leur relation avec la mer, que ce soit lié à la pêche, au commerce ou à la marine marchande ? Quels enjeux environnementaux cela pose-t-il lorsque les quais sont délaissés, en terme de biologie et de géomorphologie du territoire ?
  • Définir avec le milieu ses objectifs et/ou projet de développement
  • Réunir et arrimer les projets de développement et les partenaires concernés.

Plusieurs acteurs pourraient être mis à contribution dans ce projet : les communautés, incluant les Autochtones (pour la quête de besoins et de solutions); des économistes (pour la qualification de revenus possibles); l’industrie touristique, les gouvernements, des chercheurs universitaires en géographie, en histoire, en archéologie (ex. : UQAR, Institut de recherche en histoire maritime et en archéologie subaquatique).

Télécharger le canevas du projet


Participants intéressés à poursuivre le développement du projet :
(à déterminer)*
Marco Alberio – UQAR
Alain Boucher – Université Laval
Ladd Johnson – Université Laval
Aimie Néron – Institut de recherche en histoire maritime et archéologie subaquatique
 
*Individu s’étant porté volontaire pour coordonner le projet.